Les chênes de la renaissance

Les chênes de la renaissance

Les Chênes de la renaissance

«Il n’y avait plus de chênes sur la crête de Vimy, et maintenant les chênes qui ont grandi au Canada et qui viennent de la crête de Vimy renvoient leurs propres descendants.»

En avril 1917, après la bataille de la crête de Vimy et la victoire canadienne, la campagne alentour n’est qu’un spectacle de désolation.

Au milieu du champ de bataille dévasté, un soldat canadien, Leslie Miller, ramasse ce qu’il voit comme un symbole de vie, une poignée de glands, au pied d’un chêne à moitié enterré, qu’il envoie en souvenir à sa famille, de l’autre côté de l’océan.

A son retour en Ontario, les chênes ont poussé. Il renomme sa propriété « La ferme des Chênes de Vimy ».

 

Au milieu des années 2000, Monty McDonald, qui avait travaillé dans la ferme de Leslie Miller, se rend à Vimy et réalise que si la nature a repris possession des lieux, aucun chêne n’a repoussé ici après la guerre.

 

Il a alors l’idée de faire revenir les Chênes de Vimy d’où ils viennent.

Au Canada, sur l’ancien terrain de la Ferme des Chênes de Vimy, dix arbres pointent encore vers le ciel. Les glands de ces chênes ont été renvoyés en France, et pour célébrer la fin du centenaire de la Première Guerre mondiale, 100 plants ont été mis en terre dans le parc commémoratif Canadien à Vimy, avec vue sur le Mémorial.

Ces 100 chênes sont aujourd’hui un monument vivant, symbole d’espoir et de résilience pour célébrer la vie et la renaissance après l’atrocité de la guerre.

EN PRATIQUE 

Monument Canadien à Givenchy-en-Gohelle, Centre d’accueil et d’interprétation du Mémorial Canadien

Route Départementale 55 à Vimy

Ouvert du mardi au dimanche de 9h à 17h, et le lundi de 11h à 17h (18h du 1er avril au 30 septembre)

Infos : 03 21 50 68 68

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *